Droit de suite : "Le jour où... De Gaulle a choisi la guerre" >>>> Lundi 18 juin à 20h30
A l'occasion du 78ème anniversaire de l'appel du 18 juin 1940

Droit de suite : "Le jour où... De Gaulle a choisi la guerre" >>
>> Lundi 18 juin à 20h30

A l'occasion du 78ème anniversaire de l'appel du 18 juin 1940
Droit de suite : “Le jour où… De Gaulle a choisi la guerre” >>
>> Lundi 18 juin à 20h30

Réalisé par Laurent Joffrin et Laurent Portes

Le 16 juin 1940 à Bordeaux, un quasi inconnu, sous-secrétaire d’Etat à la Guerre, décide de faire sécession et de se rebeller ouvertement contre la politique adoptée par le gouvernement légal, qui s’apprête à demander l’armistice.

Le lendemain, il s’envole pour l’Angleterre. Ainsi un général à titre provisoire à la fonction subalterne va devenir De Gaulle, le chef de la France libre, sans qui le pays aurait terminé la guerre dans le camp des vaincus.L’appel lancé depuis Londres le 18 juin 1940 par un général quasiment inconnu est un de ces points d’inflexion de l’Histoire, provoqués par l’action d’un homme seul. Si le général de Gaulle ne l’avait pas prononcé, le nazisme aurait très certainement fini par être abattu, écrasé à l’est et à l’ouest par l’alliance de circonstances de l’URSS et des États-Unis ; mais peut-être pas dans les mêmes délais… Et la France ne se serait pas assise à la table des vainqueurs. Peut-être aurait-elle basculé dans le camp soviétique ; peut-être serait-elle restée des années sous administration américaine. Mais en aucun cas, elle ne serait encore ce qu’elle est aujourd’hui.

C’est à ce moment de basculement, ou plutôt aux heures qui précèdent ce moment de basculement que nous voulons nous intéresser dans ce film, en posant cette question : pourquoi de Gaulle, et lui seul, était-il à ce moment précis en capacité de prendre à bras le corps le cours de l’Histoire, et de l’infléchir ? Qu’est-ce qui, dans sa personnalité, son parcours, le prédisposait à endosser la défroque du grand homme ?