"Faut-il supprimer l> Dimanche 16 juin à 18h'>

"Faut-il supprimer l'ENA ?"
Documentaire INEDIT de Olivier  VAILLANT
et écrit par Roland CAYROL
>> Dimanche 16 juin à 18h

“Faut-il supprimer l’ENA ?”
Documentaire INEDIT de Olivier  VAILLANT
et écrit par Roland CAYROL
>> Dimanche 16 juin à 18h

Documentaire INEDIT réalisé par Olivier VAILLANT et écrit par Roland CAYROL
Une coproduction LCP-Assemblée nationale / France 3 Grand Est / Viva productions

Jeudi 6 juin à 20h30, suivi du débat DROIT DE SUITE présenté par jean-pierre gratien sur le thème “Suppression de l´ENA : et maintenant ?” en présence de :
– Roland CAYROL, auteur du documentaire
– Gaspard GANTZER, énarque – Promotion Léopold Sédar Senghor en 2004, candidat à la mairie de Paris
– Marie-Françoise BECHTEL, directrice de l´ENA (2000-2002)

Suite à l’annonce de la suppression de l’ENA par Emmanuel Macron, LCP vous propose une plongée au coeur de l’Ecole Nationale d’Administration.

Depuis sa création, en 1945, l’ENA n’a cessé d’attiser les passions et de susciter les critiques : fabrique d’élites repliées sur elles-mêmes, concours d’entrée laissant peu de place à la diversité, classement de sortie menant à des affectations à vie… Sa suppression a été maintes fois évoquée, puis abandonnée ou transformée en réformes douces.
La surprise est arrivée par un ancien énarque, Emmanuel Macron. Lors de sa conférence de presse du 25 avril 2019, le Président de la République a annoncé la création d’une commission d’étude en vue de la suppression de l’ENA. Mais alors que des voix se lèvent depuis des décennies pour remettre en cause l’Ecole Nationale d’Administration, la nécessité de former les Hauts fonctionnaires semble pourtant faire consensus.
Alors, supprimer l’ENA d’accord, mais pour la remplacer par quoi ? Qu’apprend-on dans cette école de l‘excellence, comment sont formés les futurs Hauts fonctionnaires du pays ? C’est au travers du parcours de trois élèves de l’ENA pendant leur formation, que ce documentaire pénètre au coeur de cette école du pouvoir, décryptée également par d’anciens énarques, ministres, chefs d’entreprise, députés ou encore journalistes.
A-t-on encore besoin d’énarques ? L’ENA va-t-elle disparaître à jamais ou renaitre de ses cendres sous une autre forme ? Une fabrique du pouvoir est-elle un mal nécessaire ?

Trois questions à Roland CAYROL, auteur du documentaire
1) En pleine crise sociale, Emmanuel Macron a lancé le débat la suppression de l’ENA. Assiste-t-on à un changement radical du mode de formation de la haute fonction publique et par extension du système éducatif ?

Ce serait un véritable bouleversement du recrutement des élites de l’Etat, et aussi du fonctionnement de la haute fonction publique puisque, selon le Président, les fameux “Grands corps” de l’Etat (Inspection des Finances, Conseil d’Etat, Cour des Comptes) seraient aussi supprimés, dans leur forme actuelle.
Notre système méritocratique républicain fonctionne mal, tout le monde n’a pas la même chance, à valeur égale, d’appartenir à l’élite. L’Etat a besoin d’ouverture et de diversité, et non pas d’une seule forme de hauts responsables. Il doit s’ouvrir à toutes les couches sociales et à tous les talents individuels.

2) De l’objectif de sa création en 1945 : « démocratiser et unifier l’accès à la haute fonction publique » à sa remise en question aujourd’hui : est-ce que ce débat sur la suppression de l’ENA fait écho à d’autres remises en question de grandes écoles, au niveau international ?

Le système des Grandes écoles est franco-français, la plupart des grands pays s’appuient sur leurs Universités. La suppression de l’ENA pourrait avoir des répercussions sur d’autres formations d’Etat (par exemple pour les magistrats). Elle pourrait évidemment conduire aussi à réfléchir à l’existence même de notre système de Grandes Ecoles, mais les habitudes acquises, les postures politiques, les lobbys, sont puissants.
 

3) Qu’avez-vous voulu montrer à travers cette enquête au cœur de la prestigieuse ENA ?

J’espère que, grâce à notre plongée au cœur de l’Ecole, à Strasbourg, avec trois élèves que nous suivons jusqu’au cœur de leurs stages en région, avec les interviews d’importants responsables politiques, administratifs, intellectuels, décortiquant de manière vive les pièces du dossier, ceux qui verront le film pourront se faire une idée personnelle de la transformation qui s’annonce. Le recrutement de l’élite du pouvoir constitue un élément central pour l’avenir de notre démocratie, il ne doit pas être laissé aux spécialistes !

Diffusions :
Jeudi 6 juin à 20h30
Jeudi 13 juin à 00h30
Dimanche 16 juin à 18h